AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Le bug de forum actif qui empechait de poster des e-mail et des liens lors des poste a ete fixer, vous pouvez maintenant poster vos fiche sans problemes Smile

Partagez | 
 

 Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]   Dim 20 Mar - 14:28

  • Marissa était partie, me laissant seule quelques temps. Je ne craignais rien, m'avait-elle dit, sans oublier de me préciser que son copain était en haut - dormait - si j'avais besoin de quelque chose. Comme si j'allais aller le réveiller ! Déjà que je ne voulais pas cette rencontre, pourtant inévitable, mais être seule en plus. Je venais de terminer de déjeuner. La vaiselle était faite. J'avais toute la matinée pour moi. En grande lectrice, j'avais déjà repéré la bibliothèque. Je ne voulais pas faire de bruit et pris donc le plus grand soin pour ne pas faire grincer de porte ou autre. Je pris deux trois lives, puis décidai de remonter dans la chambre que j'avais occupée cette nuit-là, pour pouvoir lire tranquillement.

    En grande maladroite, ce qui devait arriver arriva. Arrivée sur le palier, je trébuchai. M'étalant de tout mon long, éparpillant les livres ârtout. Le bruit résonna dans mes oreilles encore dix secondes. En soi, cela n'était un si grand boucan, mais dans cette maison silencieuse, j'avais l'impression que c'était le plus gros bruit que j'avais entendu. Seul des ronflements réguliers avait jusque maintenant trompé le silence.

    Je me relevai rapidement, ramassai les livres autour de moi en priant pour que personne n'aie rien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]   Dim 20 Mar - 16:02

    Elle m'avais dis qu'elle s'absenterais jusqu'a fin d'après midi, elle voulais faire du shopping déjà, acheter des choses pour le bébé et aller voir un médecin pour voir si il y avait quelque chose pour soulager ses nausées . C'est du moins ce que j'avais entendu quand elle me l'avais murmuré après avoir essayé de me réveiller . Disons que j'avais été dans un état second quelques secondes, être reveillé c'est un bien grand mot . Le pire, elle me laissa avec Sara , qui est sa soeur à ce que j'ai compris . Cette petite m'évite comme la peste, je ne lui ai pourtant rien fait, bien au contraire je suis content de voir que ma chérie n'est pas aussi seule qu'elle l'avais pensé .

    Je me réveillais en sursautant quand un bruit assez fort pour mes oreilles d'hybride retentit, non d'un chien il se passais quoi? Ca m'inquiéta sur le coup, et si c'était Marissa , si elle s'était fait mal? J'enfilais un short et un haut, passant ma main dans mes cheveux noirs avant de sortir de ma chambre , voyant Sara se relever en ramassant des livres . j'en ramassais un et lui tendais avec un petit sourire .

    - Hey .. bonjour . Ça va , tu ne t'es pas fais trop mal ? Marissa aurait du te prévenir, la dernière marche est un peu plus haute, du coup quand on ne fais pas attention on à tendance à s'accrocher les pieds et je ne tient pas à ce que tu sois blessée, Marissa m'en voudrait et moi aussi sans doute ..

    Je la laissais avancer vers sa chambre, la suivant à une certaine distance , restant finalement dans l'encadrure de la porte .

    - On a pas vraiment eu l'occasion de parler encore .. Moi c'st Edward . Edward Black . Mais tout le monde m'appelle Edwy dans le coin, c'est plus sympa . Et toi, c'est Sara pas vrai?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]   Mar 22 Mar - 6:26

    (Par contre, Marissa n'a que quelques doutes sur le fait qu'elle serait sa soeur, juste une ressemblance avec une photo. Et Sara, elle, ne s'en doute absolument pas. )

    Je le vis sortir de sa chambre, l'air quelque peu alarmé. PEndant un instant, mes yeux bloqués sur son image, j'arretai de bouger, comme si le temps était momentanément suspendu. Puis, je ramassai les livres encore plus rapidement qu'avant. Il s'approcha et m'en tendis un avec le sourire. Il n'avait pas l'air faché que je l'aie réveillé, tant mieux. Je lui adressai un léger sourire d'excuse.

    « Heu..Bonjour, bafouillais-je, Je..Oui, elle est un peu haute. Je ne l'avais pas vue. »

    Je pris le dernier livvre à terre, puis, les cinq ouvrages dans les bras, retournai vers ma chambre. J'avais les yeux plus grands que le ventre, quand il sagissait de livres. J'aurais du pourtant me rendre compte que je ne lirais pas tout cela avant le soir, même si je lisais vite. J'entrai dans la chambre, toujours aussi acceuillante qu'avant. Le soleil baignait toujours la pièce. Elle était un peu plus chaude que quand je l'avais quittée, deux heures auparavant. Je posai les livres sur une petite table de chevet qui tronait à côté du lit.

    Em me retournant, je sursautai. Il était là, dans l'encadrement de la porte. Apparement, il n'avait pas fait de bruit, puisque je le remarquais seulement. Je ne savais pas où me mettre, un peu mal à l'aise. Il se présenta. Je me sentais un peu bête d'avoir cette appréhention envers lui alors qu'il ne m'avait rien fait, mais je ne pouvais m'en empécher. C'est comme avoir le vertige alors qu'on est debout sur une chaise. On sait que même si on tombe, on ne se fera pas mal, mais on a peur quand même. Il se présenta. Pour détendre l'athmosphère, peut-être. Je déduisi que je devais en faire autant.

    « Oui, moi c'est Sara. Sara Wade. »

    Cette hypothèse ne m'était jamais venue à l'esprit, mais ce n'était peut-être pas mon vrai nom. Administrativement, oui, mais réellement ? Mes parents adoptifs, que j'avais appris qu'ils n'étaitent pas mes vrais étaient morts un petit mois auparavant et c'est leur nom, que je portais depuis toute petite. Plus rien ne me reliait à mon passé, plus rien que le nom de famille de deux cadavres.

    Relevant les yeux, je m'arretai sur son visage. J'avais presque toujours su reconnaitre les gens hypocrites, qui mentent. Et lui, n'avait pas l'air de me mentir. C'était donc vrai qu'il était content que je sois ici ? Qu'il n'allait pas m'envoyer dans un orphelinat ? J'en fus soulagée, mais seulement à moitié. Une part de moi refusait de croire cela, trop sur ses gardes pour penser à une autre éventualité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]   Mer 23 Mar - 10:32

  • - Enchanté de te connaitre Sara . Et ravi de pouvoir t'accueillir à la maison . Marissa m'a dis que tu étais seule .

    Je ne lui posais pas de question sur la raison de sa solitude apparente, je n'avais pas envie de la faire pleurer loin de la, je savais bien que parfois certains choses sont mieux lorsqu'elles sont gardées secrètes, et j'estimais que si elle avais envie d'en parler elle le ferais sans doute plutôt avec ma petite amie, la présence féminine serait plus réconfortante pour elle, et apparemment ma présence la mettais un peu mal à l'aise

    Je ne voulais pas non plus lui parler de la mort éventuelle de ses parents, perdre un être qui nous est cher je sais ce que ça fais . Mon père n'est certes pas mort . Je l'éspère de tout mon être du moins, mais .. Il me manque tout autant maintenant qu'on à été séparés . J'étais tellement proche de lui . Ca me faisais mal toujours autant malgré la présence de celle que j'aimais maintenant . J'entrais doucement dans la chambre et m'asseyais sur une chaise , la regardant .

    - Alors comme ça tu aimes la littérature hm ? C'est une grande qualité . Moi quand j'étais jeune, le père de ma mère, donc mon grand père, me donnais souvent des livres fantastiques à lire . Mais aussi des documents . Ce qui explique les nombreux livres dans la bibliothèque . Il y en a une deuxieme, à l'étage superieur , dans le grenier quoi .Des livres que j'aimais il y a longtemps . je te les donnerais si tu veut . J'ai préféré m'orienter vers la mécanique et la musique .. le piano, la guitare, le chant .

    J'essayais de faire la conversation , et bon si je veut qu'elle baisse un peu sa garde par rapport à Marissa comme à moi je devais bien la mettre à l'aise . Moi qui était encore bien jeune, je savais ce qu'il fallais dire ou ne pas dire à un enfant, ou a un ado . Et mieux vaut parler sur des thèmes qui intéressent pour lancer une conversation

    Je passais doucement ma main sur mon visage , j'avais généralement besoin de temps pour me réveiller, là ça avait été un réveil express, mais ça ne me dérangeait pas des masses à vrai dire . Je toussotais doucement, cherchant une nouvelle fois comment aborder ce sujet délicat .

    - En tout cas .. Tu as le droit de rester autant que tu veut .. Si tu n'as aucune autre famille je veut dire , ni nul part ou aller . Moi et Marissa sommes seuls ici , ma mère et ma soeur sont a Sydney, en Australie . Mon père .. Loin .. Et lamaison est grande, trop grande pour nous deux . Tu m'as l'air d'être une fille sympathique . Pas du genre à mettre le bordel et à embêter les gens . Je ne te connais pas des masses c'est vrai, mais Marissa ne se trompe jamais quand elle accorde sa confiance, elle ne t'aurais pas ramené a la maison si elle n'avais pas en tête de t'aider du mieux qu'elle le peut . Alors .. bienvenue si tu le souhaites . Considère que cette chambre est la tienne . Quelques coups de peintures, des babioles et elle sera comme neuve promis . Et si tu me parlais de toi maintenant hein? D'ou viens tu ? Et quel âge as tu ?

    Marissa ne pourra pas dire que je ne fais pas d'efforts, mais je savais bien que si la petite repartais elle pleurerais a chaude larmes . Elle s'accroche vite aux gens . La voir pleurer? Non je ne veut pas du tout ça . Puis regardez la cette petite, toute fragile et innocente . Logique qu'on l'aide
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]   Mer 23 Mar - 13:36

    Je l'écoutai, buvant ses paroles. J'étais soulagée et en même temps fascinée. Jusqu'à lors, les gens - ou presque tous - m'avaient évitée, rejetée ou ignorée. Que deux personnes m'acceptent en si peu de temps relevait du défi, mais ce n'était pas plus mal pour moi. Ces gens étaient sympa et compréhensifs et, au-dessus de tout, ils ne m'interrogeaient pas sans cesse sur mon passé.

    Je n'étais pas une grande bavarde, surtout avec les gens que je ne connaissais pas. Aussi, j'attendis qu'il me pose clairement la question avant de réagir à ses paroles. Jusque là, je m'étais contenté de sourires et de hochements de tête, mais je savais que là, je n'avais plus qu'à tout déballé.

    Il y a une différence entre mentir et omettre. Vous pouvez toujours dire que vous avez oublié de dire quelque chose, mais c'est tout de suite plus difficile de faire croire que vous vous êtes trompée. Si j'avais souvent omi, ou simplement gardé le silence, je ne voulais pas mentir. Pas à eux qui m'hébergeaient gentillement. Je pris donc une grande inspiration et commencai mon récit, d'une voix un peu faiblarde, teintée par la timidité et la tristesse.

    « Il y a un mois, j'ai appris que je vivais dans une famille d'acceuil. Que ceux que j'avais appelés "papa" et "maman" n'étaient en faite que des parents de substitution. Je ne leur ai pas dis que je savais, je ne leur ai rien dis. J'étais furieuse qu'ils m'aient caché tout cela. J'ai essayé d'en savoir plus sur ma famille biologique, mais à part une photo en noir et blanc, je n'ai rien trouvé. Pas même leur nom. Une semaine plus tard, je rentrais de l'école. Et devant chez moi, il y avait plein de voitures. Je n'ai pas tout de suite ompris ce qui arrivait. Jusqu'au moment où j'ai vu une ambulance ramener deux corps. Ceux de mes parents. Comme j'étais leur seule famille, ils m'ont demandé de reconnaitre les corps et qu'il ne fallait pas que je m'inquiète, qu'on allait s'occuper de moi. C'était bien eux, méconnaissable. Le médecin légiste n'a pas su dire de quoi ils étaient morts. Vidés de leur sang. Je me suis discretement glissée sous les barrières de sécuritées, je suis rentrée chez moi. Rien n'avait changé. Il faisait propre. Il n'y avait pas de scène de crime sanglante comme dans les films. Je suis montée dans ma chambre, me suis changée et pris des chaussures de marche. Et un sac à dos. Puis je suis partie. Ils ne m'ot même pas remarquée. J'ai marché, longtemps. J'ai été hebergée une nuit ou deux chez des gens, mais le reste du temps, j'ai errée dans la rue. Et voilà, c'est tout. »

    Je revoyais chaque image de la scène. Une larme coula le long de ma joue. Lentement. Je me rendais de plus en plus compte que même si ce n'était pas mes vrais parents, c'étaient eux que j'avais aimés Et cela me brisait le coeur, maintenant qu'ils étaient partis.

    « Je..Je ne voulais pas aller dans un orphelinat.. »

    Ajoutais-je sur un ton d'excuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]   Sam 26 Mar - 4:33

  • Hier soir, Marissa m'avais forcé a me réveiller pour tout m'expliquer , ça se voyait dans ses grands yeux clairs qu'elle était déjà attachée a cette petite fille, Marissa serait capable de s'attacher a un poisson rouge en même temps, alors bon, même si ce n'était pas la notre et que nous n'avions aucun moindre petit droit sur cette enfant , nous pouvions bien la garder ici non? Lui donner un toit, de quoi manger, une enfance heureuse comme tous les enfants mériteraient d'avoir .

    Je n'aurais pas pu m'imaginer seul, enfant moi qui avais tant dépendu de ma famille, je passais mes journées a courir partout entre parents, grand parents, arrière grand parents , oncles , tantes . Et elle, il ne lui restait plus rien. Je compatissait a sa peine et je voulais l'aider, c'était incontestablement fort .

    Aussi, je m'installais confortablement quand elle commença son récit, gardant les deux yeux rivés sur elle pour qu'elle voit bien que j'étais attentif à ses paroles , et que ça m'importait quand même de connaitre son histoire . Rien que le ton de sa voix me serrait le coeur, et la suite encore plus . Une larme roula le long de la joue de l'enfant, aussitôt je m'approchais doucement , m'asseyant au bord du lit et d'un geste presque naturel puisque j'étais habitué avec ma petite soeur , la prenais dans mes bras chauds et réconfortants selon ma petite amie , frottant son dos et la berçais doucement .

    - Hey .. Ne pleure pas cocotte . Tout va bien maintenant . Je comprend que tes parents te manquent c'est normal, même si ils ne sont pas tes vrais parents ils t'ont élevé, et t'ont sans doute aimé comme tel . Ils n'aimeraient pas te voir aussi triste j'en suis persuadé, et de la ou ils sont ils veillent sur toi chaque minute qui passe . Tu ne seras plus jamais à la rue, même si je pense tout de même que tu aurais du chercher à te faire aider un peu . Tu es trop jeune pour pouvoir te débrouiller toute seule , et tu as besoin de te nourrir convenablement pour ne manquer de rien .


    Bon bah ça c'est fait au moins, je ne comptais pas la laisser retourner dehors comme ça toute seule dans la rue , elle devait geler cet hiver . Je la regardais et lui sourit doucement pour la réconforter.

    - Tu n'auras pas a aller dans un orphelinat, personne ne t'y emmènera je te le promets . Si tu as besoin de quoi que ce soit maintenant on est la pour s'occuper de toi. Tu n'auras qu'a nous dire ce qui te ferais plaisir pour que tu te sentes a l'aise . On se débrouillera .Et tu pourras aider Marissa a s'occuper du bébé quand il sera né, tu ne seras plus la plus jeune et tu pourras lui servir de nounou . Alors, qu'en penses tu ? Tu veut rester ou bien on peut toujours essayer de te trouver une famille d'accueil autre part
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]   Dim 27 Mar - 2:57

  • Mes yeux cessèrent de pleuvoir. Je n'étais plus secouée que de petits hoquets nerveux et désespérés.Il vint près de moi, je ne bougeai pas. Il passa son bras sur mes épaules. Étais-ce moi qui était glacée ou sa peau était-elle vraiment brulante ? J'esquissai un mouvement de recul face à cette nouvelle chaleur, mais ne me dégageai pas. Assise sur le lit, le visage tourné vers le sol, le regard perdu, je l'écoutais. Il me disais de ne pas m'inquiéter, que tout allait s'arranger. Ce discours ne me disait plus rien, tant on me l'avait dit, mais les paroles réconfortantes soulagent toujours un peu.

    J'hochai lentement la tête à chacune de ses phrases, sans vraiment faire attention au sens qu'elles avaient. J'écoutais les mots, sans les retenir. Ou pltutôt, j'entendais, je n'écoutais pas. Je levai mes yeux humides vers lui. Il me promit. C'est tout ce que voulais, qu'il me promette. La promesse que je n'irais pas en orphelinat. Pourtant, je ne savais toujours pas pourquoi je détestais ces endroits. C'était comme ça depuis toujours et ça ne changerait pas.

    «Merci. »

    Répondis-je d'une voix faible. Je me laissai aller contre le lit, allongée sur le côté. Mes yeux se fermèrent délicatement. J'avais ma l à la tête. La douleur ne me dérangeait pas. Je la sentait dans ma tête, diminuant de minute en minute. Malgré que j'en aie l'air, je ne dormais pas, ne somnolait non plus. Je me contentai de rester là, immobile et d'attendre. Sans savoir quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]   Sam 2 Avr - 4:05

    Ma chaleur sembla la surprendre au début, un peu normal elle ne devais pas avoir l'habitude d'une température plus élevée de 5°C a la normale , déjà quand quelqu'un a 39 de fièvre on le sent, alors imaginez un peu 42 ! Impossible de prendre une douche à cette température la sans grimeacer de douleur lorsque l'eau vient contre notre peau, alors un bain je ne vous en parle pas . Ma petite amie a fini par s'y faire, c'est agréable l'hiver, par contre cet été elle voudra sans doute qu'on fasse lit séparé sinon elle va transpirer comme pas possible la pauvre .

    Elle avais l'air rassurée lorsque je lui promit que jamais elle ne mettrai un seul pied dans un orphelinat , elle pouvait avoir confiance en moi jamais je ne trahissait mes promesses, pas une fois . Je sourit doucement et chassais une nouvelle fois une mèche de devant ses yeux, elle avait l'air si petite encore, si fragile, ce n'était qu'une enfant . Je la protègerais maintenant que nous en étions en partie responsables . J'avais envie de l'aider à aller mieux .

    - Y'a pas de quoi . Calme toi maintenant . Ne pleure plus ok?

    Je la laissais s'allonger et la couvrais doucement pour qu'elle puisse dormir un peu si elle le voulait , me levant pour aller lui chercher un verre d'eau que je déposais à côté d'elle sur la table de chevet .

    - Je te laisse te reposer, donc je descend au salon , si tu as besoin de quoi que ce soit hésite pas .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]   Dim 3 Avr - 8:31

    Je tendis l'oreille pour l'écouter s'éloigner, ne sentit que le lit reprendre sa forme initiale lorsqu'il se leva. J'avais l'art de m'attarder sur les détails inutiles, mais c'était ainsi. Les yeux mis-clos, je vis sa main déposer un verre d'eau à côté de moi. Me redressant le plus silencieuement possible, je ne pus empécher le lit de grincer un peu, comme n'importe quel lit, d'ailleurs.

    Je l'entendis me dire qu'il descendait, mais avant qu'il ne sorte, je l'interpellai.

    « Heu... Edward ? »

    Je me sentis bête, surtout lorsqu'on connaissait la question. Finalement, je laissai tomber en rougissant.

    « Hum, non rien. »

    Je me recouchai. J'avais surement besoin de plus de sommeil que je ne croyais. Mes yeux me semblèrent de plus en plus lourd, je sentais la fatigue m'envahir, mais ma tête, emplie de pensées de toutes sortes, m'empchait de m'endormir. Je me contentai de rester là, tranquille. Je me concentrais sur ma respiration. Inspiration...Expiration. Sans que je ne m'en rende vraiment compte, je tombai dans les bras de morphée, sans aucune résistance. Je me laissai aller, profitant d'un moment d'inatention pour chasser de ma tête toutes les pensées qui l'emplissaient et enfin, je me sentis plus légère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]   Lun 11 Avr - 5:35

  • J'avais envie de voir mon père , en ce moment même . Je ne savais pas vraiment pourquoi, je ressentais juste cet étrange besoin de sentir sa présence, comme quand j'étais enfant, après un cauchemar je le réclamais jusqu'a qu'il soit la . Alors je m'accrochais à lui de toutes mes forces . Je ne sais pas pourquoi je l'ai toujours tant admiré . Mais j'éspère être comme lui un jour . Alors que je m'apprêtais à sortir , elle m'appela . Je me retournais alors .

    - Oui Sara ?

    Je penchais un peu la tête sur le côté alors qu'elle se redressais dans son lit . La rougeur de ses joues me firent sourire, je hochais la tête .

    - D'accord . Bon repos alors .

    Je l'aidais à se couvrir correctement une nouvelle fois et sortais de la chambre , allant dans le salon me poser tranquillement devant la télé en bouquinant un peu . Ca faisais longtemps que je ne m'étais pas pris le temps il faut l'avouer . Je me reposais en même temps, pensant à tout et à rien avec tout de même un petit sourire aux lèvres . J'aimais voir le temps passer, ainsi que savais que bientot Marissa rentrerais . Elle me manquais déjà, j'avais besoin d'elle c'était dingue quand même .
    Je reposais le livre sur la table du salon, me concentrant sur le match de baseball à la télé
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]   Mar 19 Avr - 12:47

    (Désolé d'avoir répondu si tard, j'étais au ski ^^' )

    Le sommeil me gagna, je me senti partir. Une sensation agréable, délicate. Presque aussitôt, je fus emmenée de force dans un de ses rêve à cent à l'heure. Je courrais sans voir mes pieds, je courrais sans savoir pourquoi. Mes poumons me brulaient, je sentais l'air remonter à chaque bouffée. C'était assez désagréable comme sensation. Enfin, je pensai à baisser les yeux. C'était du sable. Etais-je sur une plage ? Je trébuchai. Je sentais quelque chose qui se rapprochait sans savoir quoi. Je me relevais, mais il était trop tard. Tout devint noir et je me réveillai en sursaut.

    Je mis une demi-seconde à comprendre que ce cri que j'entendais, était le mien. Un coup d'oeil à l'horloge m'indiqua que j'avais dormi 4heures. Pas mal. Une couche de sueur froide couvrait mon front. J'étaistombée de mon lit, pas très haut, heureusement. La couverture gisait à côté de moi. Ma respiration était rapide et je fermai les yeux en essayant de la ralentir. C'est seulement là que je senti que mes muscles tremblaient. Je me levai lentement et m'assis sur le lit, un peu secouée. J'espérais que personne ne m'ai entendu crier..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]   Sam 23 Avr - 11:55

  • ( No soucis ^^ )

    Je profitais de ce petit moment en solitaire, plongé dans le bouquin que je feuilletais . Je tournais doucement les pages, les yeux perdus dans les pages , j'étais plongé dans l'histoire absolument fascinante . J'avais eu tort de stopper comme ça de lire . Il faut se prendre le temps dans la vie sinon bien vite on est submergé et on à plus une seconde pour souffler ! Loup ou pas j'avais encore besoin de temps rien qu'a moi . Un livre c'est .. une excursion mentale qui nous transporte . On peut imaginer ce qu'on veut, c'est la liberté totale de l'esprit , et l'exploitation de l'imagination .

    Je sursautais drôlement en entendant d'un coup un cri assez aigu, venant de l'interieur de la maison . Ca c'était Sara sans aucun doute . Je jetais un coup d'oeil à ma montre, wow, déjà? Ca m'inquiétait quand même un peu qu'elle crie comme ça, peut être s'était elle fait mal ? Je me levais donc et montais les escaliers 4 à 4 , entrant dans la chambre en dérapant à moitié . Elle était assise sur le lit, la pauvre elle avait du faire un cauchemar . Je m'approchais doucement, m'asseyant près d'elle .

    - Hey, ça va aller ? Rassure toi, c'est fini .


    Je sourit légèrement et me levais, rapportant un gant de toilette un peu humide, lui passant tout en douceur sur le visage et la nuque .

    - Tu es trempée de sueur . Sacré rêve sans doute ..Tu veut en parler?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]   Lun 25 Avr - 3:25

    Mon coeur battait encore trop vite, mais le tremblement de mes mains s'atténuait. L'entrée précipitée d'Edward n'arrangea pas les choses en me faisant sursauter, mais je me calmai rapidement. Sans m'en rendre compte, je serrais dans ma main un bout de la couverture, tellement fort que je fini par en avoir une légère crampe. Je lachai tout, expirant longuement. Je levai lentement les yeux vers lui, encore secouée.

    Si j'avais envie d'en parler, je ne savais pas trop. Ce rêve, qui m'avait semblé si effrayant peu avant, me semblait presque ridicule, maintenant. J'avais courru, simplement courru. Je ne me rappellais plus de tout, mais bon.

    « Eh bien. Je..Je courrais sur, je ne sais pas. Sur une plage, je crois. Il y avait quelque chose derrière moi, mais je ne pouvais pas me retourner, il fallait que j'avance, il fallait que je survive. Mes pieds s'enfonçaient et cela me ralentissait. Puis je suis tombée. Par terre. J'ai essayé de me relever, mais je savais que c'était trop tard, que ça ne servait à rien. Alors, je sentais une présence derrirèe moi et des bruits de pas étouffés par le sable. Et un cri. Jusqu'à ce que je me rende compte que c'était le mien. »

    J'avais les yeux perdus dans le vide, revoyant chaque image de ce rêve aussi clairement que quelques minute auparavant, alors que je somnolait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]   Ven 27 Mai - 14:28

Pauvre petite . Ca ne devait pas être évident pour elle tous les jours, et les cauchemars devaient être plus fréquents que pour un enfant sans aucun problème et je ne la blâmais absolument pas pour ça. Maintenant, moi et Marissa devrions gérer ça au mieux, et être la pour elle pour lorsqu'elle aura ce genre de craintes . Donc autant commencer maintenant, prendre de bonnes habitudes, la mettre en confiance quoi .

Je posais ma main sur son épaule, remarquant qu'elle tremblait depuis tout à l'heure .Je ne la prenais cependant pas dans mes bras. Non, ça ne servait à rien. J'étais un inconnu, ça ne la rassurerais pas des masses .

- Je vois .. Pas super ça comme rêve, je l'admet . Mais ici tu ne risques rien je te l'assure . Tout ira bien, tu ne risques plus rien ok ? Les cauchemars, y'a rien de plus troublant que ça parce que ça nous reste en tête pendant des heures, et plus on y pense, moins on arrive à se rendormir . Essaie d'oublier , et rendors toi tu as l'air encore totalement épuisée . Et si vraiment ça va pas je suis vraiment pas loin c'est promis . Hésite surtout pas Sara .

Je sourit doucement et la relachais , l'aidant à se remettre correctement et la bordais une nouvelle fois, ouvrant un peu les volets pour que la luminosité la rassure et arrangeais encore quelques affaires qui trainaient , pour qu'elle ai vraiment la chambre juste pour elle
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]   Sam 4 Juin - 11:33

    Pourrais-je vraiment rester ici ? Pour toujours, voulais-je dire ? Surement voudraient-ils bien, mais cela me conviendrait-il ? Voilà presque six mois que je changeais sans cesse d'endroit. J'avais fini par m'y habituer. Me retrouver de nouveau sous une autoritée parentale me conviendrait-il ? Je ne savais pas. Mon caractère avait fortement changé depuis que j'avais quitté mon domicile précédent.

    Couchée sur le lit, sans bouger, les yeux ouverts, je n'arrivais pas à m'endormir. Pas à cause du cauchemar, surement pas. Je l'avais trop souvent fait pour qu'il me gène encore. Non, c'était toutes ces questions qui me tournaient dans la tête.

    Je me levai et marchai jusqu'à la fenêtre. Il faisait chaud ici. Trop chaud. Je me débatti une seconde avec la poignée, qui finit par céder et je parvin à ouvrir la fenêtre. Je m'y penchai. Une petite brise secoua mes cheveux. Elle était chaude, tranquille et agréable. Je levai les yeux et aperçu le toit. L'appui de fenêtre était large, le toit assez bas. Ma décision fut vite prise. De plus, je n'était qu'au premier étage, si jamais.

    J'escaladai le tout, m'accrochant au toit pour me hisser dessus. Il était assez propre, surement nettoyé récemment. Heureusement puisque je ne tenais pas à me retrouver sur un tas de mousse et de saletés. J'appuyai mes pieds sur la rigole et, assise ainsi, regardai le paysage. Je me sentis tout de suite plus à l'aise, plus libre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand on appréhende quelque chose, cela arrive toujours plus vite. [PV Edward Black]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Envie de taper sur quelque chose
» Y a-t-il quelque chose qui puisse valoir ...
» Si vous voyez quelque chose tomber en poussière, sachez que la Lumière approche.
» Dessine-moi... Quelque chose :B
» Un lien c'est quelque chose d'unique, qu'il soit positif ou négatif. Alors, vous en voulez un avec moi ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La nouvelle vie des Cullen :: Les Archives :: Forks :: La Push :: La maison Black-
Sauter vers: